Hutte de Sudation

Depuis juin j’ai fait plusieurs « Huttes de Sudation ». Il s’agit de cérémonies, sans doute d’origine amérindienne, visant au bien-être par la purification physique, mentale, émotionnelle et spirituelle. Une chamane guide la cérémonie qui se déroule dans une hutte avec des pierres chauffées dans le feu, invitant les participants à exprimer leurs souhaits et chants pendant plusieurs heures. Ces huttes de sudation m’ont inspirées la peinture et les mots suivants.

Souviens-toi.

Le son du tambour s’élève vers le soleil couchant.

Mon coeur bat à son rythme.

Boum boum.

Le son du tambour me parcourt.

Il pénètre par mon coeur et se propage jusqu’à la Terre et jusqu’au ciel. La vibration s’enfonce jusqu’aux entrailles de la Terre et puis remonte, accompagnée du chant de la Terre. Le son du tambour s’échappe du haut de ma tête et part rejoindre les étoiles. Il ramène en retour le chant du cosmos.

Se laisser envahir par l’énergie. L’énergie de la terre qui se lève et s’élève, l’énergie du ciel qui descend jusqu’à nous. Sentir cette porte ouverte par la hutte. Le corps endormi mais l’esprit éveillé.

Que se passe-t-il dans cette hutte ? Contraste entre la terre humide, fraîche et la chaleur de la tente. Les pierres rouges, brulantes, brillent dans la nuit. Il fait noir. Un noir lumineux, un noir qui accueille et nous invite à pénétrer dans un autre monde. Un monde sacré et secret.

La voix du chamane s’élève, son chant emplit la tente. Je m’y évade, je m’y perds, je m’y retrouve. Dans un frisson je dépose mes mains au sol. J’enlace la Terre, sans y penser j’en prends des poignées que j’étale sur ma peau nue, mes bras, mon visage. Ce contact me fait du bien, me rassure.

La voix du chamane s’élève. Avec elle mon esprit s’évade. J’oublie où je suis, j’oublie qui je suis pour me laisser emporter par la danse. Mes pensées disparaissent pour laisser place au vide qui accueillera des messages que mes oreilles n’entendront pas. Ma conscience ne sait pas comprendre la voix des Esprits.

Les prières s’élèvent. Venant du coeur, traversant le corps et s’élevant dans l’espace. Et puis laissent place aux chants. Ils rugissent dans la pénombre. Les chants, les cris. Laisser l’âme parler. Revenir à l’essentiel. S’assoir sur la terre, se laisser tomber, supporté par la Terre. Sentir sa présence sacrée, toujours disponible. Revenir, renaître. Le feu nous brûle, nous offre un nouveau début. Le feu nous brûle. Nature, vive et violente.

L’âme s’envole, le coeur s’emballe, l’esprit s’élève. Que peut-on espérer, que peut-on demander ? Les Esprits, nos ancêtres se joignent à nous dans cet espace hors du monde.

Alors je sais. Je sais qui je suis et je sais quoi faire. Je m’aligne. Le passé devient disponible. Mes mains sont enflammées. Mon coeur bondit de joie. Bienvenue à la maison. Je sais comment bouger, me comporter. Je sais aimer à nouveau. Mon front touche la terre. Gratitude, soulagement, je suis là. Ma voix, forte et sûre. Ma voix, j’ai trouvé ma voix dans cette hutte. Des larmes montent, merci, j’ai attendu ce moment pendant longtemps.

Je rends grâce à la sagesse de la nuit. Accueille moi, accueille moi toujours. Reconnais moi comme je te reconnais. L’une des vôtre. Enfant et prêtresse de la nuit.